Actualités cartis

10 mars 2021 - La voiture électrique est-elle une solution d'avenir ?

En 2017, 93 millions de voitures neuves sont vendues dans le monde, (3 voitures chaque seconde). 153 M3 d’eau, autant d’énergie et de déchets, sont nécessaires pour chaque véhicule neuf construit. Le constructeur américain Ford estime ainsi qu’environ un quart de ses installations sont déjà ou seront, à brève échéance, situées dans des régions en risque de pénurie d'eau .Grâce à la mise en place des normes de pollution européenne, les gaz d'échappement ne sont plus la principale source de particules fines. L'abrasion des pneus et des plaquettes de frein compte aujourd’hui pour 90 % des émissions de particules fines. A volume égal, les voitures électriques sont plus lourdes que leurs homologues essence ou Diesel. Les particules en provenance des pneus sont en conséquence plus abondantes, si bien que le niveau global d'émissions de particules d'une voiture électrique rejoint peu ou prou celui d'une voiture thermique.

Selon l'ADEME (Agence De l'Environnement et la Maîtrise de l'Energie), la production d’un véhicule électrique nécessite 120 Mégajoule contre 70 000 MJ pour fabriquer une voiture essence ou Diesel et se révèle nettement plus énergivore, et donc émettrice de gaz à effet de serre, que celle d’une voiture thermique. En termes de CO2, un véhicule électrique doit donc parcourir au moins 40.000 kms pour compenser le surcroît émis lors de sa fabrication.

La batterie compte pour moitié dans les besoins énergétiques liés à la fabrication d'une voiture électrique. Sa fabrication est essentiellement réalisée en Chine qui fait très largement appel aux ressources fossiles pour produire son énergie, ce qui grève inévitablement le bilan carbone de la voiture électrique. C'est le cas du lithium, indispensable puisqu'il est l'élément principal du couple redox qui entre en jeu dans la batterie, mais également du cobalt, du nickel et du manganèse. La production de ces métaux passe par l'extraction minière, très polluante localement (les déchets solides et liquides sont rejetés dans les cours d'eau) et qui implique des dommages importants dans les sols et eaux, avec de graves conséquences sanitaires sur les populations environnantes, souvent employées à vil prix dans ces mines, avec des conditions de travail épouvantables.

Source : Article de Challenges

Source : Veolia

Source : ffve.org